Chanson des enfants du Pays de Buch

CHANSON DES ENFANTS DU PAYS DE BUCH

Gilbert SORE

Sur l’air de « L’Hymne à la Joie » – 4ème Mouvement de la 9ème Symphonie de Beethoven

Télécharger au format kar

Mes yeux ouverts sur la marge
De la mer, de la forêt,
Mes poumons au vent du large
Cadencent le mascaret ;
[Leur rythme emprunte la force
Double du flux, du reflux
Et fait lever dans mon torse
L’élan des pins résolus.] (bis)

O rumeur de la cigale,
Tic-tac ardent du pivert,
Ile aux Oiseaux à l’étale
Perle au coquillage ouvert,
[Salut, bergers des échasses,
Cabanes des résiniers,
Ronde libre des pinasses,
Chariots des muletiers !] (bis)

Lorsque le couchant s’embrase,
Je brûle d’un juste accord
Et contemple avec extase
Les passes aux ailes d’or ;
[Le Sabloney étincelle
Avec le genêt, l’ajonc ;
Mon cœur un grappin te scelle
A la rade d’Arcachon.] (bis)

Mon vieux pays, ma fortune,
Quel subtil enlacement
En moi monte de la dune,
Mesure de mon serment ?
[Dans la forêt sur la plage,
Tout chante mon unité,
Compose mon paysage,
Mon reflet, ma vérité.] (bis)

Recueilli sur le Journal d’Arcachon N° 1158 du 2 avril 1966

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *