Crime de maquerellage à La Teste en 1689

Crime de maquerellage à La Teste en 1689

ADG 12 B 8

Merci à Raphaêl vialard

Proposition de transcription

Entre Monsieur le procureur syndicq

de la ville demandeur en crime de maquerellage prostitution

et corruption de jeunesse d’une part,

et Hanri CHAUDREU, commis au bureau de la Teste de

Buch, et Marie BAUDRIERE sa femme, prisonniers détenus

défendeurs et accuzés d’autre

Veu le procés intendit du procureur syndic

portant réquisition qu’il soit informé à sa requête. Et le soit

fait au pied le tout du 22 décembre 1689, six relations

d’exploits données à divers tesmoins ouïs de dans ladite information

faite par canal et l’appui huissière, Lalande sergent contrôlés

par Terrasson des 9e, 12e, 16e, 19e, 17e, 20e, 19e, 22e janvier 1690,

3e, 5e, 8e, 9e février audit an, information composée de

divers tesmoins avec le décret au pied des 13e et 17e janvier

1690. Continuation d’information en datte des 17e, 19e, 23e, 27e

janvier, 3e, 9e, 10e, 18e février et 9e mars audit an avec le

décret contre autres accusées du 21e février 1690, autre

continuation d’information en date des 22e, 23e février, 3e et 4e

mars audit an avec une lettre adressante à Marie Thomas signée

Marie Baudrière datée du 6e février 1689, audition desdits Chaudreu

et Baudrière ensemble l’audition prévantionnelle de Peyronne

Mauvias leur servante des 18e janvier 1690, appointement portant

que sur le renvoi requis par ledit Chandreu il sera communiqué

au procureur syndic et que la dite Mauvias sera mise en liberté

du 21e janvier audit an appointement portant faute par lesdits

Maquerellage-12 B 867-AD33-1vu

Page 2

accusés d’avoir communiqué au procureur syndic sur le

renvoi par eux requis ils en sont dézireux. En conséquences

que sur le fond et principal les parties en viendront

au premier jour du 25e janvier 1690 appointement de

règlement extraordinaire contre lesdits accuzés mesme qu’ils seront

recollés en leurs auditions et, si besoin est, confrontés

entre eux, quatre forclusions acquizes par lesdits

Chaudreu et Baudrière des 11e, 14e, 22e février et premier

mars 1690, le dernier portant que pièces seront mises

pardevant Monsieur de Borie jurat, six autres relations d’exploits

d’assignation donnés à divers témoins pour dépozer la

vérité et pour être recollés et confrontés faits par lesdits

Laval, Chappuis, Amouroux huissiers , Bavitaut sergent

contrôlés par livraison les 17e, 18e, 20e, 22e, 25e dudit mois

de février. Second 4e, 5e, 7e, 9e dudit mois de mars. Recollement

de tesmoins desdits 21e, 23e, 27e dans février et 9e mars 1690.

Autre caier des recollements des accusés du 13e mars

audit an. Deux caiers de confrontations de tesmoins faites

auxdits accuzés des 21e, 23e, 27 février et 9e mars 1690.

Requête desdits Chandreu et Baudrière avec la signification au

pied. Conclusions du substitut du procureur syndic signée

de Lentilhar. Et après avoir ouï lesdits Chaudreu et Baudrillère

sur le ban de la sellette,

Le maire et jurats de gouvernement de Bordeaux,

juges de criminelde et de police déclarent le dit

Chaudreu et la dite Baudrière atteints et convaincus

du crime de maquerellage pour réparation duquel

les condamnent, Scavoir ledit Chandreu à servir

le Roi dans ses galères en qualité de forçat

Maquerellage-12 B 867-AD33-2vu

Page 3

pendant l’espace de cinq ans, et ledit temps passé

l’ont banni à perpétuité hors la ville et banlieu

d’icelle. Et la dite Baudrière d’estre livrée à l’exécuteur

de la Haute Justice pour être attachée au carcan

dans la place du marché ayant sur son front un

escriteau conçu en ses termes maquerelle publique

pour y demeurer l’espace de deux heures, sera

ensuitte baignée et plongée trois fois dans la

rivière dans la cage de fer puis fustigée

par ledit exécuteur de la Haute Justice sur le

port et havre de la porte du Caillau de trois coups de

verge, et conduite à la porte des Salinières où il

lui sera pareillement donné trois coups de verge.

Sera ensuite transférée à la bastide et bannie à perpétuité

hors la ville et banlieue d’icelle avec inhibitions

et déffanses tant audit Chandreu qu’à elle de venir

dans ladite ville et banlieue d’icelle à paine de la hard

Les condamnent chascun en trante livres d’amande

envers la ville et aux dépens envers le procureur

syndic liquidés à vingt livres deux sols au surplus

ordonnent que l’instruction de la procédure des autres accusés

du même crime sera incessamment continuée. Fait et arrêté

à Bordeaux dans l’hôtel de ville le dix huitième mars mil

six cent quatre vingt dix
Suivent six signatures du maire et des jurats

Maquerellage-12 B 867-AD33-3vu

 

Le quinzième avril mil six cent quatre vingt dix

lecture de laquelle sentence avons (?) été faite par moi greffier

soussigné auxdits Chaudreu et Baudrière, lesquels ont déclaré

persister à l’acte (?) qu’ils ont ci-devant (?) fait à M. le procureur syndic.

En cassation de la procédure attendue que ledit Chandreu à son

renvoi à Libourne de quoi ils ont requis acte à Bordeaux

ledit jour. Et ont signé

Signatures de Chaudreu et Mar Baudrière, mais pas celle du greffier.

Maquerellage-12 B 867-AD33-4-vu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *