Grand-Hôtel d’Arcachon – Chronique 1894

Grand-Hôtel d’Arcachon

Chronique 1894

 

(Avenir d’Arcachon N° 1200 du 18/02/1894)

Classes 1870-71 – Dimanche, dans un banquet au Grand-Hôtel, se sont réunis les anciens soldats de 1870, sous la présidence de M. Labarthe.

S’étaient fait excuser : MM. de Damrémont, maire, général Bourdillon, commandant Ravaux, capitaine Sansuc.

Étaient présents : MM. Girard, Berrain, Courcy, Rogé, Bourdalé, Murier, Nadaud, Vital, Bousquet, Deffès, Lafon, Guerre, Dubos, et deux membres honoraires, MM. Brianne et de Gabory.

Au champagne, le président a porté un toast aux anciens soldats, le secrétaire a bu à la presse ; notre rédacteur a répondu en félicitant cette jeune Société de son esprit d’initiative. Un défaut français est le besoin de tutelle. L’Angleterre, pays monarchique, doit à ses habitudes d’initiative une plus haute idée de la liberté que nous la concevons nous-même dans notre pays, plus favorisé cependant au point de vue de la forme gouvernementale. La presse, qui s’intitule un pionnier du progrès, salue toutes les initiatives comme fécondes.

M. Courcy a récité ensuite un monologue de Coppée : les Bijoux de la Délivrance, épisode de la guerre, qui était bien de circonstance.

On s’est séparé en se donnant rendez-vous au 7 février 1895.

Étrangers de distinction – M. et Mme Rembielinski sont au Grand-Hôtel ; leurs enfants à la villa Poisson-Bersot.

Au Grand-Hôtel, Lady Liddel, colonel Everett, comtesse de Beaupré.

Depuis l'Observatoire

(Avenir d’Arcachon N° 1201 du 25/02/1894)

Concerts d’hiver – Mardi, dans le concert russe donné au Grand-Hôtel, le quatuor à cordes de Borodine, interprété par MM. de Munck, Breau, Thirouin et Lasserre, a été d’autant plus goûté que c’était une première audition. On a ensuite applaudi Mme Terrasse, dans une barcarolle pour piano de Rubinstein. Enfin, Mme Mauger a conquis, comme toujours, son public par deux romances de Rubinstein et la sérénade de Tchaïkovski.

Une chambre brillante composée des habitués des précédents concerts, prouvait avec quelle faveur on accueille les auditions supplémentaires, organisées par MM. Terrasse et Chavan.

Au sujet du quatuor dont nous avons parlé plus haut, il nous est impossible de ne pas consacrer quelques lignes à son auteur.

Le talent de Borodine est d’une souplesse et d’une agilité remarquables. Ses idées musicales ont l’esprit et la grâce, la vie et la passion, et en même temps ses mélodies sont profondes, larges et d’une grande vigueur ; trois qualités que réunissent rarement les natures les mieux douées? Borodine possède à fond la technique de son art. Ses harmonies sont fines et neuves ; il a une grande prédilection pour les intervalles de seconde, pour les traits de chromatiques, et les pédales su lesquelles il construit des édifices harmoniques d’une invention originale. Si l’on ajoute à cela une rythmique très variée et vraiment personnelle, la sincérité de la pensée et du sentiment, des élans de passion qui échauffent sa science et font palpiter son art, on comprendra la valeur de ses œuvres et la place éminente qu’elles occupent.

(Avenir d’Arcachon N° 1202 du 04/03/1894)

Étrangers de distinction – Madame la vicomtesse de Brimont, que nous savons une habituée de notre forêt hivernale, est descendue cette semaine au Grand-Hôtel.

Également au Grand-Hôtel, famille Shoolbred et famille de Stephanovitch.

Concert de charité – Nous sommes priés d’annoncer qu’un grand concert de charité sera donné le mardi 20 mars, à deux heures et demie, dans la salle des fêtes du Grand-Hôtel, au profit des pauvres secourus par les conférences de St-Vincent-de-Paul des paroisses Notre-Dame et St-Ferdinand d’Arcachon.

Dans un de nos prochains numéros, nous ferons connaître le programme.

(Avenir d’Arcachon N° 1203 du 11/03/1894)

Étrangers de distinction – Au Grand-Hôtel, Monseigneur de Roquancourt, prélat de S. S. Léon XIII, chanoine de la primatiale de Carthage.

(Avenir d’Arcachon N° 1204 du 18/03/1894)

Étrangers de distinction – Citons au Grand-Hôtel M. Cartier bâtonnier des avocats de Paris et Madame. Sir Charles et lady Brownlow

Concert de charité – On nous prie d’annoncer que le concert qui devait avoir lieu le mardi 20 mars au Grand-Hôtel, en faveur des pauvres secourus par les conférences de Saint-Vincent de paul d’Arcachon, est remis à une date ultérieure.

Matinée musicale – M. Terrasse nous a donné jeudi, au Grand-Hôtel, la matinée musicale annuelle où ses élèves nous montrent les progrès de leurs jeunes talents.

La nombreuse affluence des parents et amis prouvait au sympathique professeur combien était intéressante pour tous, cette petite épreuve si bonne pour donner à la jeunesse la sûreté dans l’exécution qui fait parfois si naturellement défaut.

Nous avons entendu avec plaisir un programme composé d’œuvres des grands maîtres Haydn, Beethoven, Schumann, Chopin, et parmi les modernes Grieg, Moszkowski, Borodine, Paderewski, Dvorak, etc.

Nous avons d’abord applaudi M. Jean de Buisseret, dont nous avons admiré l’aplomb tout empreint d’une charmante simplicité.

Mlle de Contenson qui est un véritable petit prodige tant au pont de vue musical qu’au point d vue de la grâce et de la gentillesse.

M. Marcel Alavoine a très bien interprété une sonate de Diabelli et il a su en exprimer d’une façon très exacte tout le sentiment.

Mlle Odette de Buisseret nous a fait apprécier le charme pénétrant de la Mélodie religieuse de Maury et a recueilli de vifs applaudissements après le jouet d’Haydn qu’elle a joué avec M. Terrasse.

Mlle Marie-Louise Le Pin a exécuté avec beaucoup de délicatesse un impromptu de Schubert. Les deux airs russes ont une véritable couleur locale et nous ont beaucoup séduits. Sans vouloir froisser sa modestie, nous dirons qu’on sent dans son jeu le talent d’une véritable artiste.

Mlle Marthe Alavoine nous a fait entendre un rondo de Beethoven qui présentait de grandes difficultés d’exécution dont elle s’est tirée tout à son honneur. La façon dont elle a interprété les aires norvégiens de Grieg a beaucoup contribué à son succès.

Mlle Adine de Flaghac est une pianiste de beaucoup d’avenir. Elle a joué avec une perfection rare la Yolande de Hummel et une mazurka de Borodine. Tout à fait originale cette danse slave de Dvorak.

M. Forestier, malgré le peu de temps dont le laissent disposer ses études à Saint-Elme, a trouvé le moyen de nous faire valoir deux belles compositions de son maître, la valse en ut dièze de Chopin et le menuet de Paderewski, que tout le monde connaît mais qu’il est rare d’entendre interpréter avec autant de brio et une énergie si peu commune. La séance a été terminée par une sonate à deux pianos de Clementi, exécutées par Mlles Marthe Alavoine et Marie-Louise Le Pin avec un ensemble parfait.

MM. de Meurville avaient apporté à ce concert leur aimable concours ainsi qu’une note fort originale. leur talent sur la guitare et la mandoline nous est bien connu, mais nous avons toujours grand plaisir à l’apprécier de nouveau. Ils ont en effet une finesse d’expression et un charme d’une délicatesse exquise.

En somme, bonne journée où tout était réussi, à commencer par l’idée de l’aimable professeur de mettre à contribution le talent de ses jeunes élèves pour venir en aide à un artiste malheureux. Les parents qui avaient eu la joie de venir applaudir au succès de leurs enfants, avaient plus que jamais le cœur disposé à la charité.

Citons dans l’assistance : Mmes la comtesse de Fitz-James, comtesse de Buisseret, comtesse de la Chassaigne, Mlle de Montréal, baronne de Flaghac, baron et baronne de Contenson, Mme gény de Flamerécourt, prince G. Caradja, comte et comtesse Mac-Carthy, Mlle de Baral, comtesse du Hays, Madame Bourdillon, Madame Le Pin, M. de Bellegarde, M. et Mme Bertrin, Madame Devron, Madame Hameau, comtesse de Canclaux, Mme et Mlle Tickell, Madame Legat-Pinaud, Mme et Mlle de Romeuf, Mlle de Millard, Mlle Ferras, Mlle de la Seiglière, les T. R. P. Ligonnet, le R. P. Couturier, et R. P. Bock, Mme et Mlle Guerre, etc.

Concerts d’hiver – Le concert de mardi denier a cloturé la série ds auditions de musique de chambre qu’avaient organisé pour le plus grand plaisir de nos hivernants MM. Terrasse et Chavan.

le programme se composait d’œuvres déjà exécutées dans les treize concerts précédents, mais redemandées par le public.

Le quatuor de Brahms pour piano, violon, alto et violoncelle est vraiment superbe ; nous avons dit récemment tout le bien que nous pensons de ce maître. Nous ne pouvons que louer une fois de plus la beauté générale de son œuvre, sa logique et la clarté de ses développements.

Dans le cinquième quatuor à cordes de Beethoven, MM. de Munck, Breau, Thirouin et Lasserre se sont surpassés. le thème avec ses variations dont chacune est attribuée tour à tour aux différents instruments, a fait valoir le talent admirable de chacun des exécutants.

Mme Terrasse a été fort applaudie dans chacune des trois pièces dont se compose la deuxième suite de Cl. Terrasse ; Valse lente, Romance sans paroles, Allegro Scherzando. Ces pièces ont chacune un cachet d’originalité bien personnel et le public a chaudement manifesté la satisfaction qu’il avait de les réentendre en faisant une belle ovation à leur remarquable interprète.

On aurait dit que nos artiste voulaient donner le maximum de leurs moyens et qu’ils tenaient à nou faire regretter ces belles matinées musicales, car jamais MM. de munck et lasserre n’ont été aussi empoignants que dans cette dernière séance. C’est le meilleur éloge que nous puissions leur adresser avec tous nos plus sincères compliments.

M. Merle que nous n’avions jamais entendu à Arcachon, possède une voix bien timbrée, une méthode sûre et une diction parfaite. Il a été très goûté dans les deux moreaux qu’il nous a fait entendre.

Et maintenant que ces auditions musicales ont pris fin, il nous reste un vœu à formuler. C’est qu’elles recommencent cette année, dès les premiers jours d’hiver. Le succès en a couronné l’œuvre. Les noms du public élégant qui répondait à ces invitations en sont la preuve.

Il est de fait que parmi nos hivernants, les hommes se tirent encore d’affaire. Ils ont le cercle, les chasses en forêt, la poursuite en bateau des oiseaux de mer. Mais les dames ?… Les après-midis sont longues. Les concerts ont été pour elles, un moyen de se voir, et de passer confortablement quelques heures agréables.

On emploie souvent à faux le mot : Distraction pour les étrangers. Cette fois la note est juste.

Tout le monde souhaite que MM. Terrasse et Chavan, fassent d’un essai heureux, une tradition utile.

(Avenir d’Arcachon N° 1205 du 25/03/1894)

Étrangers de distinction – Citons au Grand-Hôtel : M. Lehideux, agent de change ; M. Tavernier, agent de change ; M. lebon, député ; M. Lawson, directeur des trams de Bordeaux ; Mme la baronne Evain.

(Avenir d’Arcachon N° 1207 du 08/04/1894)

Grand-Hôtel – Colonel Everett, Londres. Bourdillon et famille, Paris. Lawson et famille, Bordeaux. Blain, Paris. Général et Lady Broonhow, Londres. Furinoff et famille, Moscou. Alexandre et famille, Londres. Wintinkson et famille, Londres. Vigierie et famille, Paris. Cartier et famille, Paris. Burdeau, ministre des finances et Mme, M. Clos, secrétaire particulier. Weisgerber de Strazeviez, Paris. Pascal Maurice, Paris. Girard et famille, Paris. Bing et famille, Paris. Cornuault et famille, Paris. Linyer, Paris. Hayemn et famille, Paris. Tavernier et famille, Paris. Broquin, Paris. Lehideux, Paris. Gasne et famille, Paris. Jouanny, Paris. Chacher, Paris. Caron et Mme, Paris. Roux et Mme, Paris. Peyrera, Bordeaux. Kressman et famille. Chanut et famille, Paris. Mopinot, Paris. Duplessis, Paris. Baronne Evain, Paris. Bethemont et Mlle, Paris. De Luze, Bordeaux. Saladin. Comtesse de Martimprey et famille, Paris. Sorbi et famille, Bordeaux. Parent et Mme, Paris. Yignial, Bordeaux. Colonel Call et Mme, Londres. Fleming et famille, Londres. Loste, Bordeaux. Jacob et Mme, Londres.

Étrangers de distinction – De passage au Grand-Hôtel, M. Renouard, sous-gouverneur de la banque de France ; Labat, député de la Gironde.

(Avenir d’Arcachon N° 1208 du 15/04/1894)

Grand-Hôtel – Nous étions sûr qu’avec M. Ferras comme concessionnaire, le Grand-Hôtel reprendrait vite le rang qu’il doit occuper.

Non seulement M.Ferras ne néglige rien pour attirer le monde dans cet établissement, mais encore se préoccupe-t-il de rendre aux nombreux étrangers, qui composent notre colonie estivale et hivernale, le séjour de plus en plus agréable. Il vient d’ouvrir, dans les vastes jardins de l’hôtel, un magnifique café-restaurant donnant sur le bassin. Cet établissement, complètement indépendant de l’hôtel, réalise le vœu que nous avons si souvent entendu exprimer : d’avoir pour la belle société une salle de réunion, au besoin en plein air, sur la plage. Nul endroit ne pouvait mieux convenir que le Grand-Hôtel. Aussi est-ce avec un sincère plaisir que nous félicitons M. Ferras de son initiative, en lui prédisant tout le succès qu’il peut désirer.

Nota – L’entrée du café-restaurant se fait par la grande cour d’honneur, à doite, ou par la rue du Casino et le grand escalier de la plage.

Nous apprenons également que l’établissement d’hydrothérapie est ouvert.

(Avenir d’Arcachon N° 1209 du 22/04/1894)

Étrangers de distinction – M. Orville est descendu au Grand-Hôtel.

(Avenir d’Arcachon N° 1210 du 29/04/1894)

Grand-Hôtel – On parle d’un concert de charité organisé par les dames patronesses de Notre-dame, pour le 14 mai, lundi de la Pentecôte.

(Avenir d’Arcachon N° 1212 du 13/05/1894)

Concert – Le lundi 14 mai, au Grand-Hôtel, à trois heures, concert de charité comprenant au programme :

Trio en si bémol (Rubinstein), par MM. Terrasse, de Munck, Lasserre.

Grand air de l’Africaine (Meyerbeer), par M. Moisson.

Romance en fa (Beethoven), par M. de Munck.

Printemps (Saint-Saëns), par Mme Mauger.

Le Cygne (Saint-Saëns), par M. Lasserre.

Les Moutons (Martini), par MM. Terrasse, de Munck, Lasserre.

Étrangers de distinction – Mardi, M. Gény de Flamerécourt a présenté à la réunion du Grand-Hôtel, M. le comte de Pesquidoux, un de nos plus sympathiques sportsmen.

(Avenir d’Arcachon N° 1215 du 03/06/1894)

Grand-Hôtel – Hier au banquet du conseil de révision, assistaient comme convives : M. Berniquet, préfet de la Gironde, M. Lesca, conseiller général, M. le général Malapert, M. l’Intendant militaire, M. Duvigneau, député, M. le colonel Stoumpf, docteur Cazauvieilh conseiller général, M. le colonel Quincy, M. le Maire d’Arcachon, M. le Conseiller de Préfecture, M. Larroque, Conseiller d’arrondissement, M. le docteur Hameau, M. Mano conseiller d’arrondissement, M. Mouliets maire de La Teste, M. le Médecin major, M. le Capitaine de Gendarmerie, M. Garnung maire du Teich, M. Jacmart chef du cabinet de M. le Préfet, M. Nelson Castéra adjoint de Cazaux, M. le sergent de recrutement. Banquet de vingt couverts admirablement servi suivant les traditions de M. Ferras.

(Avenir d’Arcachon N° 2030 du 24/06/1894)

Étrangers de distinction – Descendus au Grand-Hôtel : Mme Ganivet, veuve du député ; famille Brousseau ; M. et Mme Gorboff ; M. Wattine ; le vicomte de Bastard ; M. et Mme Laloue ; M. et Mme Livingston ; famille Roger ; famille Lafaurie.

(Avenir d’Arcachon N° 2032 du 01/07/1894)

Grand-Hôtel – Nous avons eu l’occasion ces jours-ci d’aller visiter le café-restaurant installé par M. Ferras, en face de la mer. C’est un endroit merveilleux, de fraicheur, d’élégance et de confort. Un bassin d’eau douce entouré d’une pelouse verte ; des allées bien damées ; des fauteuils et des chaises de jardin à l’ombre des arbres ; une belle salle vitrée toute pleine de lumière ; un salon annexe où se trouve un billard ; font de ce café l’endroit le plus agréable qu’on puisse rêver, pour passer le temps ; et il est certain que cet été, tout le high-life s’y portera, à l’heure du Madère après le bain du matin, à celle du Porto après le bain du soir.

Étrangers de distinction – M. Ward, consul d’Angleterre à Bordeaux, est descendu mercredi au Grand-Hôtel, avec sa famille.

(Avenir d’Arcachon N° 2033 du 08/07/1894)

Étrangers de distinction – De passage au Grand-Hôtel : marquis de St-Exupéry, M. J. de Faulong, M. Teyssier avocat à Bordeaux, le docteur Cortès d’Agen.

(Avenir d’Arcachon N° 2034 du 15/07/1894)

Étrangers de distinction – De passage au Grand-Hôtel : M. Vignial ; comte et comtesse de Lainsecq.

(Avenir d’Arcachon N° 6207 du 09/08/1894)

Grand-Hôtel – De Trincaud-Latour, Bordeaux. Mermam, Bordeaux. de Mazet Mme et famille, Villeneuve-sur-Lot. Houwing et Mme, Hollande. Mlle Thérèze de Sal, Paris. Legrand et Mme, Paris. Daniel Maurel et Mme, Bordeaux. Mme la baronne de Barry, Bordeaux. Vignal, Paris. Goustalin, Paris. Lévêque et mme, Nancy. Peillon et Mme, Lyon. Tétard et Mme, Bordeaux. Dupuis, Périgueux. Dubert et Mme, Libourne. Marius Cathala, Périgueux. Shelly, paris. Gadet Pierre, Paris. Bérard Henri, Seine-et-Oise. Habasque et sa famille, Bordeaux. Pédro, Paris. Baronne de Noirmont et sa famille, Paris. La Vicomtesse de Brimont, Paris. Le Breton, Paris. Dupuis-Dangeai, Paris. Cormier Joseph et Mme, Vendée. Herrouet et Mme, Bordeaux. Salande Mme et famille, Algérie. Carry, Londres. Lacharrière et Mme, Bordeaux. Bénezeck, Cette. Lapeyssonné Mme et famille, Bordeaux. Lafout, Mme et famille, Bordeaux. Bergholz et sa famille, Paris. Seynat, Paris. Linyer, Paris. Borrelly Mme et famille, Marseille. Le Marquis d’Estampes, Paris. Mme d’Estibondois, Paris. de Guisand-Chant et Mme, Cher. Husson de Thézillot et Mme, Meurthe-et-Moselle. V. J. Biney, Philadelphie. de St-Amand Mme et famille, New-York. Le Chevalier Henri Soulier, Paris. Mouron, Paris. Tousin, Marseille. Mme et Mlles Pichaud, Lille. Mme Fano, Paris. Sourluts, Mont-de-marsan. Mme Pochet, Paris. Le Vicomte de Curzay, Paris. Mme Hume-rong et famille, Paris.

(Avenir d’Arcachon N° 2611 du 23/08/1894)

Étrangers de distinction – Le comte de Curzay au Grand-Hôtel.

(Avenir d’Arcachon N° 2613 du 30/08/1894)

Étrangers de distinction – Au Grand-Hôtel, comte et comtesse de ravez, M. et mme St-Amand, M. Bosch y Puig, député de barcelone, comte de Guilhem, M. Wassily Sontourgine, conseiller privé, inspecteur médical de la section des établissements de l’impératrice Marie de Russie, M. Francisco de Grandallana de jeres, M. et mme Michelson, de St-Pétersbourg, Mme et mlle de Crosnes, MM. de Verduzan et de Raucourt, M. Charles de Lestapis, M. Mermann, M. Buhan, colonel Eden, Mme Marie Papoff Voroudzoff de Veliaminoff, M. William Ward, consul d’Angleterre à Bordeaux.

(Avenir d’Arcachon N° 2618 du 30/09/1894)

Société Immobilière d’Arcachon – Nous apprenons que M. Saby, agent principal de la Société Immobilière et directeur de la Société anonyme de chauffage et d’éclairage d’Arcachon, quittera ces fonctions le 1er octobre prochain. Il sera remplacé par M. Cazes, ingénieur distingué de la Compagnie du Midi.

La Société Immobilière ne se sépare pas, sans regrets, d’un administrateur aussi digne de sa confiance, et, pour le bien exprimer, elle lui a donné un très important témoignage d’estime et de reconnaissance.

M. Saby était conducteur des Ponts et Chaussée : il venait de ses distinguer dans les travaux de la pointe de Grave qu’il dirigeait, sous les ordres d’un éminent ingénieur, M. Robaglia, aujourd’hui inspecteur-général des Ponts et Chaussées, lorsque la Société Immobilière obtint qu’il fut détaché pour un temps déterminé et attaché à son œuvre d’Arcachon.

Pendant vingt ans, nous avons vu M. Saby à la tête des divers services de cette Société, et chacun a pu voir avec quelle intelligence, avec quelle scrupuleuse probité il a rempli ses devoirs. Partout dans la distribution des eaux et du gaz, dans l’administration du Grand-Hôtel, du Casino et des villas de la forêt, dans la création des routes et l’embellissement du domaine de la Société, M. Saby a fait preuve d’un grand esprit d’ordre, d’initiative et d’organisation.

Toutes les fois où l’administration préfectorale a eu besoin d’un homme éclairé et intègre pour diverses missions, enquêtes, expertises, etc., elle a fait appel aux lumières de M. Saby, dont le dévouement n’a jamais fait défaut.

Nous espérons d’ailleurs que M. Saby ne quittera pas Arcachon et qu’il voudra bien continuer à être, parmi nous, le citoyen utile autant que considéré, toujours prêt à seconder toutes les entreprises favorables au développement et à la prospérité de sa patrie d’adoption.

(Avenir d’Arcachon N° 2621 du 21/10/1894)

Étrangers de distinction – Au Grand-Hôtel : M. le comte Fiche de Chevrier. général Shand. M. Solsky, St-Pétersbourg. Prince Glyka député de Roumanie. Baron et baronne de Bussières. Baron et baronne de Marsangy.

(Avenir d’Arcachon N° 2622 du 28/10/1894)

Étrangers de distinction – Mademoiselle Dosne, belle-sœur de M. Thiers, ancien président de la République, a passé quelques jours au Grand-Hôtel.

Sont descendus hier au Grand-Hôtel, son excellence sir H. Drummond Wolff, ambassadeur d’Angleterre à Madrid, et lady Drummond Wolff, avec leur suite.

(Avenir d’Arcachon N° 2623 du 04/11/1894)

Étrangers de distinction – Citons au Grand-Hôtel, M. Dupré de St-Maur ; famille de pau ; et madame la marquise de Tauriac, famille de Toulouse.

(Avenir d’Arcachon N° 2242 du 30/12/1894)

Grand-Hôtel – Nous annonçons pour le 8 janvier, le concert de M. Armanini, le célèbre mandoliniste.

Étrangers de distinction – De passage, dimanche, docteur Armaingaud et docteur Jolyet. Lundi au Grand-Hôtel M. et madame Pehau.

Citons au Grand-Hôtel M. Lalande et famille. Citons aussi M. Barbier qui s’est ensuite installé villa Osiris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *