La forêt usagère de La Teste-de-Buch

La forêt usagère de La Teste-de-Buch

par Robert AUFAN

http://r.aufanforetusagere.free.fr/

 

Le plan est le suivant :

Chapitre I : Le cadre géographique

I- Un relief original :

A -Les dunes paraboliques, leur origine

B – Une superficie variable            

C – Un relief particulier

II – Une végétation exubérante

A – Les descriptions anciennes

C – La forêt au début du XXe siècle (Durègne)

D- Végétation et toponymie

E- Durègne de Launaguet et Gilbert Sore : pins, pins bornes et sous-bois

Chapitre II : La Montagne à la fin du XX° siècle

I – Les différentes zones de végétation  

A – Une zone nord-ouest à arbousiers                        

B – Les zones anciennement ravagées : incendies et ouragans du XVIII° siècle à nos jours

C – Les zones humides

D – Le reste de la forêt :

1-espèces dominantes et répartition de la végétation par strates

2- La répartition de la végétation selon les versants    

II -Les trouées

A- Les maladies

B- Les clairières

1 – clairières et élevage

2 – les cabanes          

C – Les pétroliers

D – Certains chasseurs

III – La Faune

A – Avifaune et pins-bouteilles

B – Les mammifères

Conclusion : la diversité

Chapitre III : le gemmage et l’utilisation des produits résineux dans la Montagne de La Teste

                                                                                                                                                                                                                                           I – Les Témoignages anciens (XVIIe – XVIIIe siècles)

Actes notariés, Lombard, Masse, De Fenelon

II – Les opérations et les outils de gemmage

A – L’écorçage

B – La care

C – La réception de la résine

D – Le transport de la gemme

E – La dernière amasse : le barras.              

III – L’utilisation des produits résineux

A –  Les témoignages anciens

Ausone, Paulin de Nole (IVe s.) De Thou, Henri III (XVIe s.), Claude Perrault Lombard (XVIIe s.), Claude Masse, M.de Fenelon, Abbé Baurein (XVIIIe s.)

B – Les produits bruts

1 – la gemme au crot, le galipot et le barras

2 – La résine molle

3 – le franc encens

 4 – la tormentine de soleil

C – Les produits cuits

1- les térébenthines cuites à la chaudière

2 – la rousine ou brai sec

3 – le brai clair ou résine jaune

4 – l’huile de térébenthine

D – Tableau des produits tirés du pin vif

IV – Les produits résineux tirés du pin mort

A – Les techniques de fabrication

1 – Les témoignages anciens

2 – Fours suédois ou hourns traditionnels ?

3 – Les techniques au XVIII° siècle.

4 – Les hourns traditionnels du Pays de Buch : description et fonctionnement d’après les fouilles archéologiques.  

B – L’utilisation des produits

1 – L’étanchéité

2 – La pharmacopée

3 – La construction navale

4 – Importance économique

5 – L’importance de la production au XVIIIe siècle

C –  L’évolution de la production XIXe et XXe siècles        

1 – Les ateliers testerins depuis 1810

2 – A quoi servaient les produits résineux au XIX° siècle ?                          

4- Production et revenus des intervenants

a – Les propriétaires

– au XVIIIe

– au XIXe

 b – Les gemmeurs

– leurs revenus

– portraits et mode de vie (Hameau, Lalesque, Mouls, Masse, Gilbert Sore, Bonneval, De Mortemart, Kauffmann, Daleau, Durègne

5 – La fin du gemmage

a – L’évolution de la production

b – L’évolution démographique

c – L’évolution économique

 Chapitre IV : le statut usager de la Montagne

I – Origine et évolution des droits d’usage

A – Les textes de base

1468,1535,1604,1645,1746,1759, 1855,1917, 1952, 1955.

B – Tableau des droits

C – L’évolution de la propriété foncière : qui sont les ayant-pins ?

D – Les contestations

1 – Les chênes

2 – Lège Cap Ferret

3 – Arcachon

II – Les conséquences environnementales du statut

A – Le libre parcours

B – La forêt jardinée  

C – La protection des vieux pins          

D – Les inconvénients

E- Un statut protecteur de la forêt ancienne

III – Le fonctionnement du système

A – Qui représentait les usagers ?

B – L’obstination dans l’erreur de l’Administration

C – Le sommet de la confusion : la loi de 1837

D – La loi de 1884

E – La victoire des communes et la définition juridique de la « propriété ».

IV – Les conflits du XIXe siècle à nos jours.

A – Les infractions liées au développement d’Arcachon

B – Les constructions au bord du lac

C – Les utilisations du bois à usage industriel ou commercial

D – Les infractions courantes :

1 – la fabrication du goudron

2 – le libre parcours du bétail

 3 – l’usage des chênes

4 – les coupes de pins vifs sans autorisation

5 – les excès de certains propriétaires

6 – la propriété des chablis

V – L’évolution du statut au XXe siècle.

A – La confusion statutaire : 1917

B – L’échec du groupement forestier : 1959

C – La confusion à son point culminant : 1977

VI – L’importance de l’usage

A – les quantités délivrées        

B – Les causes de la « disparition » des délivrances.

C – Les avatars de la caisse syndicale

D – Les gardes

 Chapitre V : Vers le cantonnement 1963-1985

I – Les causes du cantonnement

A – L’action des cercles forestiers régionaux

1 -Les souhaits du CRPF

2 -1970 premières demandes de protection

3 -1972 Les orientations régionales de production

4 -Les interventions de la MIACA et de la SEPANSO.

B – Le cantonnement de la forêt usagère de Biscarrosse

C – L’expropriation des bords du lac de Cazaux

II – 1977 : la mise en place des acteurs

A – Les propositions de la SEPANSO

B – Les premières mesures de protection et l’intervention du SRAF                      

C – L’inscription à l’inventaire des sites

III – La proposition amiable et l’assignation en justice

IV – 1978 premières tentatives pour gérer « rationnellement » la forêt

A – Les coupes sanitaires

B – L’affaire du Brana

C – L’affaire des clairières

V – Les relations avec les administrations et les freins aux décisions municipales

A – La mise au point dans les règlements du POS de règles spécifiques de gestion

 B – Le zadage et le droit de préemption

C – La non parution du POS

VI – Les études du SRAF et de la SEPANSO

A – L’attitude du SRAF

B – Le contenu des études : accords et désaccords                              

VII – Le jugement du 9 octobre

VIII – Les solutions envisagées.

A -Réserve naturelle ou forêt de protection ?

B – Les propositions de la DDA et la réponse municipale

C – La décision ministérielle

IX – La « victoire »des usagers

A – Le jugement du 17 Mars 1981 et ses conséquences            

B – La réaction des représentants des usagers

C – La désertion des gujanais

D – La victoire à double tranchant des usagers et l’offensive des forestiers

E – La nouvelle politique municipale testerine

F – La poursuite de l’action du CRPF.

CHAPITRE VI – 1985-2009, l’intervention des politiques et des administrations.

I – Le coup de tonnerre politique : les lois de 1985 et 1987 et leurs conséquences.

A – Les lois forestières

B – La nouvelle demande de cantonnement

1 – La réaction des usagers en direction des politiques

2 – La dernière tentative de la SEPANSO pour un compromis et la rupture avec l’ADDU.

II- 1989-2001 : La nouvelle municipalité

A – La fin des scieries.1990

B – Le cantonnement amiable de Gujan

C – Le classement du site 1990-1994

D – Le comité de gestion et son échec 1995-98

1 – Les objectifs préfectoraux

2 – Les demandes des syndics et la réponse de la DIREN

3 – Les négociations avec les propriétaires

4 – Les techniques préconisées par Pro Silva  

5 – Les réunions du Comité et son échec

E – Les années 1998-2002

F – Le nouveau plan de l’ADDU-FU/ APAPDFU 1999  

G – L’offensive contre les dispositions du POS

H – Natura 2000

I – Les élus et la forêt usagère

III – La législature 2001-2007.

A – L’échec de la tentative de relance du Comité de gestion

B -Le cantonnement de Gujan

C – La victoire des « Verts » : le retour de Natura 2000

D – Les nouvelles initiatives des propriétaires ayant-pins.

E – L’expertise en vue du cantonnement judiciaire et la fin (?) de cette procédure

F – Le Conseil Général, la charte forestière de territoire et le timide retour de la Forêt de protection. 

G – L’arrêté préfectoral de Novembre 2005

H –  La modification du POS

IV –  La situation à la fin 2007.

A – La position de l’ADDU.

B – La position de la municipalité de La Teste et le nouveau rôle de l’ADDU-FU

C – La position de « Bassin d’Arcachon Ecologie »

V – De nouvelles pistes ?

A – 2008-2009 la nouvelle initiative préfectorale

B – Vers une nouvelle transaction ?

C – La fin du cantonnement amiable de Gujan

Conclusion

Épilogue

ANNEXES

I – Toponymie, origine des noms des parcelles

A – La Grande Montagne de La Teste

B – La Petite Montagne d’Arcachon.

II – Une menace écartée : la séparation d’avec Cazaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *