La grippe espagnole à Arcachon en 1918

21 août 1918

 LA GRIPPE ESPAGNOLE À ARCACHON

 

Il y a ici depuis quelques temps une épidémie de grippe dite « espagnole » qui se porte sur les poumons ou sur l’intestin et qui fait de nombreuses victimes. Il meurt chaque jour plusieurs personnes. Les pompes funèbres ne peuvent suffir à enterrer les morts. Il y a 22 cadavres à enterrer et qu’on ne peut porter au cime­tière. Les chevaux sont fourbus, car on manque d’avoine et les pauvres bêtes se traînent péniblement.

Pour le même motif l’entrepreneur de vidange ne peut faire son travail et il y à 492 fosses d’aisances à vider et qu’on ne peut vider. Tout cela constitue un danger public d’émanations malsaines qui ne doit pas peu contribuer à propager le fléau.

Les pommes de terre manquent depuis six semaines au moins. Les pau­vres gens, déjà rationnés pour la pain, vivent d’une nourriture précaire et sont par leur faiblesse un terrain facile pour la contagion. Le maire a pris un arrêté, accepté par les curés, pour que les cadavres soient portés directement au cimetière sans passer par l’église.

Hier soir, à 8 heures, et tantôt sont passés deux enterrements venant de Saint-Ferdinand et doubles. Le curé de Saint-Ferdinand conduisait au cimetière deux corbillards à la fois.

En face de « Marie-Adèle », la villa « Sigurd» compte 11 malades soignés par deux infirmières. La situation est grave et oblige à des précautions. Les en­fants vont cesser leurs bains de mer, abstention des crudités, fruits ou autres.

 

(Extrait des carnets inédits d’André Rebsomen, conservés par la famille Garros)

Publié dans le Bulletin n° 18 de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *