Jean VALETTE

Jean VALETTE (1929-2012)

Le lundi 2 juillet, alors même que notre bulletin de l’été était sous presse, nous apprenions avec une infinie tristesse la disparition de notre président d’honneur, M. Jean Valette, le 30 juin à l’âge de 83 ans. Beaucoup de nos adhérents ignorent non seulement sa brillante carrière mais aussi et surtout tout ce que nous lui devons.

Valette Jean

Avant de rappeler les contributions essentielles de Jean Valette à l’essor de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch, qu’il me soit permis d’emprunter la notice biographique que lui consacra Jean-Jacques Amyot, dans son ouvrage La naissance de la gérontologie : Jean Bassaler, témoin et acteur, paru en 2006 :
« Jean Valette
Né à Bordeaux en 1929, études au collège La Boétie (Sarlat), Lycée Henri IV (Paris), Ecole des Chartes
Archiviste paléographe (1955)
Directeur des archives de Madagascar, conservateur aux Archives nationales, directeur des archives de la Gironde,
Conservateur honoraire du patrimoine, président puis président d‘honneur de l’Académie Montesquieu, membre titulaire de l’Académie malgache, membre du Comité d’histoire de la Sécurité sociale,
Officier de l’Ordre national du Mérite, de l’Ordre des Arts et Lettres, de l’Ordre national malgache. »

Ce sont les congrès de la Fédération historique du Sud-ouest, les recherches assidues que menaient, dans les années 80 aux Archives départementales de la Gironde, plusieurs membres de notre société, en particulier Jacques Ragot, Pierre Labat et Fernand Labatut, enfin son ancrage progressif à Arcachon qui ont conduit Jean Valette à s’intéresser de près à la Société historique et archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch puis, l’amitié aidant, à y adhérer, malgré les nombreuses sollicitations d’autres associations.

Ses compétences et son engagement personnel permirent à la SHAA de surmonter les turbulences des années 1986-1987. C’est ainsi qu’il accepta la présidence d’honneur, qu’il ne considéra jamais comme honorifique si bien qu’il siégea, acteur efficace et écouté, au conseil d’administration aux côtés de son ami Fernand Labatut qu’il avait connu, des années auparavant, à Madagascar.

Dans le cadre de la préparation du Bicentenaire de la Révolution, s’il nous apporta un concours des plus remarqués pour bénéficier du label officiel qui consacra notre exposition « Le Pays de Buch à la veille de la Révolution », nos conférences et les articles des bulletins n° 58 à 62, Jean Valette, prenant acte que nous n’étions pas armés pour présenter, comme d’autres sociétés historiques, des conférences mensuelles foraines, sut se montrer assez persuasif pour obtenir, d’une faible majorité du conseil d’administration, la création de la collection « Regards sur le Pays de Buch » ! Force est de reconnaître qu’il avait vu juste et aujourd’hui les effets bénéfiques de cette décision ne sont plus à démontrer ! Rappelons aussi que le premier titre fut l’ouvrage de Fernand Labatut « La Révolution à La Teste » et que, dans le souci d’assurer l’avenir de la collection, Jean Valette sut nous ouvrir les (bonnes) portes des Archives Nationales pour mener à bien la publication des « Mémoires de Guillaume Desbiey ».

Une autre suggestion de Jean Valette allait permettre à la SHAA de jouer les précurseurs en la matière : les colloques bisannuels, inaugurés en octobre 1990, qui renforcèrent nos liens avec l’Université et contribuèrent à une meilleure connaissance de l’histoire locale par le biais de communications hors des sentiers battus et d’Actes, toujours très attendus. Notre président d’honneur, qui eut à cœur de s’investir personnellement lors de ces manifestations, s’il se prononça pour leur mise en sommeil en 2001 en raison d’une procédure en cours, regretta toujours que leur reprise fût régulièrement différée !
Enfin, lorsque l’heure de la retraite sonna, Jean Valette n’oublia pas d’enrichir les horizons de la Société historique ; il nous suggéra des axes de recherches et, surtout, il nous remit plusieurs dossiers : certains ont d’ores et déjà été exploités par nos auteurs.
 D’aucuns évoqueront l’archiviste-paléographe, toujours bienveillant et à l’écoute du chercheur universitaire ou amateur qui fréquentait les archives de la rue d’Aviau ; à la SHAA, Jean Valette laissera le souvenir d’un ami qui nous a accompagnés et soutenus pendant un quart de siècle.

Michel BOYÉ

Extrait du Bulletin n° 154 de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch

Les commentaires sont clos.